Poésie

Sans titre (pour l’instant)

 
Se souvenir,
Courir les bas-fonds de l’univers
A cheval sur un vélo volé
Comme un négatif sans contraire
Tranchant l’ombre des images usées
 
Malgré tout, enfin malgré ça,
Il reste les nuits sans audace
La couleur triste des mimosas
Et la douceur du vin d’Alsace
 
Se souvenir,
Vomir à l’idée de la prudence
Le bonheur ne s’est pas reconnu
Dans l’horreur des mots en cadence
Pendant à la valse des pas perdus
 
Malgré tout, enfin malgré ça,
Il reste les nuits sans audace
La couleur triste des mimosas
Et la pâleur du vin d’Alsace
 
Se souvenir,
Bien loin des amours ennuagées
De l’espoir s’arrachant au monde
Au sombre tumulte de la journée
Demain en moins d’une seconde
 
Malgré tout, enfin malgré ça,
Il reste ces nuits sans audace
La couleur triste des mimosas
Et la tiédeur du vin d’Alsace
 
Se souvenir,
Du livre blanc des rêves vendus
Sur une page en décadence
Un deux trois petits points éperdus
Au fond du vers la délivrance
 
Malgré tout, enfin malgré ça,
Il reste mes nuits sans audace
La couleur triste des mimosas
La bouteille vide du vin d’Alsace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *